Pourquoi je ne lis pas de Résumés

C’est un débat que j’ai régulièrement avec un ami qui me conseille des romans : je ne lis pas les résumés. Pour lui, qui s’appuie sur les résumés pour choisir un livre, c’est aberrant !

Cette habitude est, d’une part, le résultat d’une déception. Il y a dix ans déjà, j’avais constaté que les résumés, rédigés par la maison d’édition, cherchaient à vendre et ciblaient un public spécifique. Et pour ça, s’appuyaient sur les éléments familiers d’un roman. C’est logique : les lecteurices cherchent à retrouver les éléments qu’iels aiment. Mais d’un autre côté, ces éléments sont souvent des clichés, et dans plusieurs cas, j’ai refusé de lire un livre qu’on me conseillait à cause du résumé… pour découvrir, des années plus tard, que le roman me plaisait beaucoup.

Je pense notamment à Les Âmes Vagabondes, que le résumé présente comme une romance passionnée, alors que l’histoire se concentre sur la nature de l’humanité, ainsi qu’à Le Nom du Vent, dont le résumé nous invite à penser que c’est une épopée de fantasy classique – des dragons, des princesses, des assassins, des guerres – mais dont le ton à l’intérieur est moins grandiose et plus intime, ce que j’ai justement trouvé très original.

Il y a également le problème du spoil : que ce soit le résumé d’Eliza et ses Monstres qui dévoile un élément perturbateur survenant aux trois quarts, ou celui de Le Problème à Trois Corps qui donne la réponse au mystère occupant tout le roman, il y a de quoi dégoûter. Cependant, ces fautes restent rares. Ce qui me dérange de façon plus régulière, c’est le fait que le résumé dévoile l’ambiance, le début, et que du coup, je passe les cinquante premières pages à m’ennuyer.

Pour prendre des exemples de films, la bande-annonce de Happy Birthdead dévoile le concept du film qu’on découvre au bout de 20 minutes. Pas de spoil majeur, donc, mais je n’étais pas du tout dans la peau de l’héroïne, qui ne comprend pas ce qui lui arrive : moi, je comprenais. Au contraire, lorsque j’ai regardé Coco sans avoir vu la bande-annonce, j’ai été surprise par l’apparition du surnaturel, tout comme le héros. Surprise que la bande-annonce aurait supprimée… et c’est pareil pour les livres.

Bien sûr, je comprends l’intérêt des résumés. Comment choisir un livre, sans eux ? Ce qui m’a poussée à les abandonner a été de parler davantage de lecture autour de moi, et de me laisser conseiller par mon entourage. Ce n’est pas toujours parfait, de nombreuses personnes me conseillent leurs livres préférés sans prendre en compte mes goûts : « tu n’aimes pas les enquêtes ? Attends, mon roman préféré est un Agatha Christie, tu devrais le lire… »

Mais j’ai aussi découvert plein de blogs de conseils de romans, et après avoir lu les chroniques des romans que je connais, j’ai une idée assez précise des goûts de la personne. En lisant son ressenti – et en sautant l’inévitable résumé – je sais si le roman est susceptible de me plaire.

Dans mes chroniques, je me force à rédiger un résumé parce que je sais que beaucoup en ont besoin pour chercher un livre. Mais personnellement, je les évite… et vous ?

 

2 réflexions sur « Pourquoi je ne lis pas de Résumés »

  1. Je ne les évite pas consciemment, mais je sais qu’ils sont de très mauvais guides pour savoir si un livre va me plaire ou non, donc je n’y accorde pas beaucoup d’importance. En général, je vais tester un livre parce qu’on me l’a conseillé et/ou que je sais qu’il traite d’un thème spécifique (sans en savoir plus sur l’histoire).

    Sinon, dernièrement, j’ai décidé de donner plus de chances à plus de romans en envoyant le début gratuit sur ma liseuse. J’ai l’impression que commencer à le lire, c’est encore la meilleure façon de me faire une idée sur un bouquin… Car, trop souvent, j’ai été déçue par des livres qui m’avaient séduite par la couv, le résumé, le sujet, et/ou qui m’avaient été chaudement recommandés.

    1. Oui, les extraits gratuits ça marche très bien pour moi aussi ! Jusqu’ici je n’en ai pas envoyés sur ma liseuse, je les lis en ligne directement…
      Pour l’instant j’ai plutôt du succès avec les recommandations (et j’avantage d’une bonne bibliothèque de quartier, c’est que je peux lire le livre gratuitement avant de l’acheter s’il me plait, parce que mon budget n’est clairement pas capable d’encaisser des erreurs dans le choix d’un bouquin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *