Duologie Hana no Breath de Caly

femme en robe à fleurs multicolores lisant Hana No Breath tome 1 de Caly, au milieu de plein de peluches

Mx Cordélia avait conseillé le manga Hana no Breath de Caly dans la catégorie « œuvre avec des lesbiennes ». Comme on pouvait lire quelques pages en ligne, je suis allée voir et… c’était trop chou ! Les personnages passent leur temps à rougir… Et c’était aussi très drôle, avec la narratrice, Azami, qui s’insurge exagérément des relations homosexuelles, car pour elle, la personne idéale c’est « le beau Gwen » ! Sauf qu’en réalité, Gwen est une fille…

La narratrice se rend alors compte que le genre de Gwen ne change rien à ses sentiments, et elles sortent ensemble. Tout ça occupe à peu près les dix premières pages, ce que je trouve bien : le ressort scénaristique du « elle tombe amoureuse d’un garçon qui en fait est une fille » aurait pu être lourd. Là, c’est juste traité comme une introduction, pour qu’après on les voie se faire des bisous tout mignons et se tenir la main en rougissant. Moi qui ai tendance à grimacer devant des « je t’aime » lâchés au bout d’un chapitre, j’ai trouvé ça adorable ici. Sans doute parce que j’ai l’impression qu’elles ont douze ans – alors qu’en réalité, elles sont lycéennes, mais bon.

Je suis allée lire la suite en magasin, je souriais tout du long. Voir la toute douce Azami s’énerver pour défendre Gwen est juste génial ! J’ai acheté le manga et je me suis rendue à un rendez-vous que j’ai passé à faire l’éloge de ce manga, m’empressant de le continuer dès que je suis rentrée chez moi.

Si la première moitié me faisait fondre tout du long, la deuxième m’a laissée plus… mitigée. En effet, c’est là qu’une rivale arrive, elle aussi intéressée par Gwen. Je me suis alors rendue compte qu’en dehors de Gwen, la narratrice n’avait pas vraiment d’ami·es développé·es dans le manga. Et Gwen non plus… à part la rivale qui m’horripile. Elle est intéressante, mais justement, j’aurais préféré qu’il n’y ait aucune rivalité.

 
personne en chemise rose lisant Hana no breath tome 2 de Caly devant un massif de fleurs roses

Je gardais néanmoins l’espoir que ça s’améliore dans le 2e – et dernier – tome. Je suis donc retournée en librairie pour donner une chance à la suite. La jalousie qui s’installe au début m’a fait grincer des dents, mais ça s’améliore et les deux rivales travaillent ensemble, justement. J’étais juste un peu déçue que ce soit pour affronter une autre de leurs camarades – même si cette fois, le sujet du conflit n’est pas la romance, mais l’ambition, ce qui est moins réducteur. J’aurais préféré qu’elles s’unissent toutes pour affronter un personnage extérieur, la directrice peut-être…

Avec un tel scénario, comment ne pas s’interroger sur l’identité de genre de Gwen ? Elle se définit comme une fille, cependant, au début, elle est indifférente par rapport au fait d’être prise pour un garçon, n’aime pas porter de jupe – bon, il y a plein de filles qui n’aiment pas porter de jupe, hein, mais je tenais à le relever – et met sa santé en danger pour qu’on continue de la voir comme un garçon. J’ai été étonnée qu’elle réaffirme finalement être une fille, et s’exerce à être plus conventionnellement féminine…

Hana no Breath est un énorme coup de cœur, ou plutôt, plein de petits battements de cœur effrénés. Elle est adorable, drôle, de quoi vous recharger en bonne humeur.

Avertissement : évanouissement, raisonnement transphobe

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *