Aromantic (love) Story

personne en costume aux couleurs aromantiques, lisant Aromantic Love Story entre une bibliothèque et un miroir

J’avais entendu parler de cette série par Sita tout Court, et, en la commençant en magasin, je savais que c’était de mon devoir de l’aimer. Une femme aroace mangaka, qui se retrouve au centre d’un triangle amoureux… c’est une œuvre importante. Moi qui me plains du manque de représentation aroace, et de l’inutilité des triangles amoureux, voilà un roman avec un personnage qui me ressemble et où ce cliché est pertinent. « Une femme, deux hommes, zéro possibilité ». Je ne peux que… Continuer la lecture

Nous qui n’Existons Pas

Rien que le titre me parlait déjà. Parce que c’est souvent mon sentiment… Alors je n’ai pas trop hésité avant de me lancer.
Je lis peu de non-fiction. Les biographies me laissent un sentiment un peu vide, mêmes lorsqu’elles sont intéressantes. Ce que je veux, c’est être passionnée, prise par l’histoire ! Ce qui m’arrive rarement à la lecture d’une biographie…
Mais les mots de Mélanie Fazi me touchaient. Elle n’emploie pas de formulations pompeuses pour se rendre intéressante : elle nous parle directement. Elle explique … Continuer la lecture

Conseils de Lectures Romantiques – par une Aro !

personne en rouge avec des boucles d'oreille aromantiques brandissant sa liseuse avec écrit romance et des cœurs sur l'écran

C’est la Saint-Valentin ! Une fête que je n’ai jamais comprise personnellement, mais si ça plait à d’autres, foncez ! Et c’est pour moi l’occasion de vous parler romance… un genre littéraire dont je ne suis pas friande, mais pourtant, je déteste le voir méprisé en mode « c’est juste une romance ».
J’ai remarqué une certaine constante dans mes chroniques : lorsque je dis avoir aimé une romance – au sens large, comme par exemple une relation amoureuse dans un roman fantasy – c’est souvent parce que les personnages ne finissent pas ensemble, que l’un des deux trahit, ou meurt… j’adore la romance entre Hans et Anna dans… Continuer la lecture

Et Ils Meurent tous les Deux à la Fin

homme tenant une liseuse avec la couverture de Et Ils Meurent tous les Deux à la Fin, de nuit

…J’ai toujours fui les fins malheureuses, elles ont le don de bien trop m’affecter. Alors évidement, un livre qui a pour titre « Et Ils Meurent tous les Deux à la Fin » n’aurait jamais dû faire partie de mes lectures…
Il m’a été conseillé par Elaine et le résumé m’avait vraiment attiré. L’histoire se passe dans une société similaire à la nôtre… à une différence près. Un organisme, Death-Cast, connait chaque jour le nom de ceux qui mourront prématurément durant les prochaines 24H et appelle chacune de ces personnes pour les prévenir que leur dernier jour est venu… continuer la lecture

Book Club Cordélia : Heartstopper

Pour être honnête, j’ai eu du mal avec les dessins : en noir et blanc, un peu tordus et tremblotants… mais j’avais aimé Silence Radio de la même autrice, alors je lui ai donné une chance, et au bout de quelques pages, j’avais accroché à l’histoire. Charlie, personnage anxieux, ouvertement gay, qui a tendance à trop réfléchir, tombe amoureux d’un camarade de classe : lire la suite

Swift et le Chien Noir

femme en robe à carreaux brandissant une liseuse avec la couverture de Swift et le Chien Noir, au milieu de la fumée, tenant une montre à gousset

A la fin du premier chapitre, je me suis dit : « ce roman va figurer parmi mes romans préférés ». En effet, dans un univers steampunk, il raconte la suite des classiques histoires d’enfants-rebelles qui viennent à bout d’un tyran – Katniss, Harry Potter, Percy Jackson et tant d’autres. On les imagine heureuxses pour toujours ? Pas vraiment. La guerre en a traumatisé plus d’un·e, et une démocratie, ce n’est pas si facile à mettre en place. lire la suite

Pas Tout à Fait des Hommes

femme en blouson de cuir lisant Pas tout à fait des Hommes avec un arc à la main, devant une colline et une ruine

Ma lecture de Révolution avec une Vampire m’ayant laissé sur ma faim – ou ma soif… – j’ai décidé de lire un autre roman de la même autrice : Pas tout à fait des Hommes. Je l’ai commencé dans le métro parisien, alors que je rentrais d’un forum. J’étais fatiguée et stressée, mais le style m’a détendue, certaines formulations décalées m’ont franchement amusée : lire la suite

Challenge de l’Imaginaire : Qui a Peur de la Mort ?

femme en t-shirt Tokyo Ghoul lisant Qui a Peur de la Mort devant un mur de planches

Je m’attendais à un roman dur, et en effet : le père adoptif d’Onye meurt dans le premier chapitre, on assiste au viol détaillé de sa mère… mais le style est fluide, j’ai rapidement atteint la page 100. Onye est attachante malgré ses défauts, et même pour ses défauts. Elle bouillonne de colère et je ne pouvais que la comprendre, face aux injustices répétées dont elle est victime. Elle est menacée par… lire la suite

Le Chant d’Achille

femme en robe noire et blanche avec un parapluie arc-en-ciel lisant Le Chant d'Achille devant un mur de pierre

Je me suis attachée immédiatement à Patrocle, le narrateur. C’est le genre de personnage qu’on ne conseille pas d’écrire : il n’est pas doué pour le combat, et sa seule préoccupation étant Achille, il se laisse porter par les évènements. Je me suis sentie d’autant plus proche de lui. Et lorsqu’il faut défendre ce qui compte pour lui, il ne reste pas en retrait. Cela donne des scènes très intéressantes, notamment sur… lire la suite

Poppy et les Métamorphoses

femme lisant Poppy et les métamorphoses devant une cheminée

J’ai pris un risque avec ce roman : sans l’avoir lu, je l’ai conseillé à une relation pour qu’elle le fasse lire à sa mère : c’est une histoire écrite du point de vue de parents élevant cinq enfants, dont une petite fille trans. Ça me paraissait un bon moyen d’aborder le sujet avec la fiction, et on m’en avait dit du bien, mais quand même, conseiller un livre inconnu ? Je n’étais pas tout à fait prête à assumer la responsabilité… lire la suite