Nouvel An Lunaire Readathon 2021 − Partie 2

Le début du Readathon du Nouvel An Lunaire m’avait permis de renouer avec ma passion pour la lecture. Enfin, j’étais sortie de ma panne ! A présent, il s’agissait de l’entretenir et pour ça, j’ai décidé de me tourner vers une valeur sûre : la relecture de séries que j’avais adorées : L’Attaque des Titans et Fullmetal Alchemist.

personne tenant une pile de mangas L’Attaque des Titans de Hajime Isayama
L’Attaque des Titans de Hajime Isayama – l’intégrale à un chapitre près

Au lycée, on m’avait prêté quelques mangas que j’avais aimés, mais je n’allais pas en chercher par moi-même pour autant : ça m’intéressait moins que les romans.

Ce n’est qu’en prépa que les circonstances sont devenues propices : j’étais lasse des romans de fantasy ; j’avais peu de temps pour lire, et un manga, ça se dévore en vingt minutes ! De plus, une amie m’a prêté de nombreuses séries. Au fur et à mesure, elle a pris l’habitude de les relire avant de me les passer, collant des post-it avec ses commentaires enthousiastes. Je les ai tous gardés, c’était tellement adorable !

J’avais beaucoup entendu parler de l’Attaque des Titans, et je n’avais pas du tout envie de lire cette série. Des humains habitant derrière un mur pour se protéger de monstres ? Wow, ça a l’air mais absolument pas original. Mais bon, elle me l’avait prêté… et j’ai accroché dès la fin du tome 1, en me rendant compte que l’histoire sortait des codes et que l’idéal héroïque y serait remis en question. Loin d’affronter des monstres, les personnages se rendent vite compte que l’ennemi est humain et se cache parmi eux, peut-être même au sein de leur gouvernement !

L’inconvénient principal était qu’au moment où je l’ai commencée, l’histoire n’était pas du tout finie. Et je déteste lire des séries en cours : je ne supporte pas la frustration à la fin interrompue, et j’ai une mauvaise mémoire. Quand je prends le tome suivant à sa sortie, je suis perdue !

J’ai donc décidé de m’arrêter et d’attendre que tout soit sorti… au risque de me faire spoiler !

Et enfin, cinq ans plus tard, l’heure est venue. Comme c’est mon frère qui a les 32 tomes, je devais profiter de mon séjour chez mes parents avant qu’il ne les prête à tout son entourage !

couverture de L’Attaque des Titans de Hajime Isayama

Honnêtement, je ne pense pas que je pourrais raconter quoi que ce soit sur cette série qui n’ait pas déjà été dit, tant elle est connue. Et surtout, la spoiler serait terrible ! Je me contenterais donc de confier que ce que j’aime dans cette histoire, c’est l’originalité et la complexité du scénario, ainsi que la place accordée à ses personnages secondaires. La déconstruction du héros est un thème qui me tient à cœur, et j’ai moi-même rédigé plusieurs manuscrits qui s’attachent à mettre en valeur l’importance du groupe au détriment de la figure du héros. Loin de suivre la quête épique d’un Élu, L’Attaque des Titans le fait échouer, encore et encore, et ce sont les groupes qui triomphent. J’adore les personnages secondaires, et je vous conseille cette vidéo de Docteur Pralinus qui s’attarde sur les personnages féminins.

Pour autant, l’Attaque des Titans ne brille pas par tous ses thèmes. Après avoir fini, j’étais mal à l’aise au sujet de plusieurs éléments, sans arriver à mettre le doigt dessus. D’un côté, cette histoire condamne la violence de la guerre, dénonce la propagande et l’endoctrinement – j’ai beaucoup aimé l’arc de Gaby à ce sujet – et critique le racisme, quoique de manière très simpliste et caricaturale. Mais d’un autre côté, l’armée est glorifiée, les personnages mettent en place une dictature militaire, le racisme est « justifié » au cours des derniers tomes – on découvre même plus ou moins que les personnes opprimées s’oppriment elles-mêmes. J’ai l’impression que l’auteur a voulu créer des métaphores – peu subtiles, vu qu’il y a des camps d’internement et des étoiles sur des bandeaux pour identifier la population opprimée – mais qu’il les a oubliées en cours de route, ou sacrifiées au profit d’un plot twist, et le résultat est que le message est très confus à ce niveau-là. Pour l’instant, j’ai choisi d’ignorer cet aspect en attendant que la série complète sorte et qu’il y ait des vidéos d’analyse dessus.

Ce fut une relecture passionnante, j’ai adoré retrouver les personnages, l’histoire, et chercher les indices menant aux retournements de situation. Malgré tout, maintenant que j’ai toute l’intrigue, cette série sonne un peu… creux. Vu le début, je m’attendais à des messages plus forts ! L’Attaque des Titans restera toutefois un manga qui m’a beaucoup touchée à travers ses personnages secondaires et ses excellentes surprises scénaristiques.

Mine de rien, lire cette série m’a bien occupée et il était déjà temps de rentrer chez moi ! J’ai lu Au Pays de l’Ailleurs de Tahereh Mafi dans le train, et je suis arrivée samedi soir avec un objectif : lire l’intégrale des Fullmetal Alchemist avant de les prêter à un ami lundi midi.

personne tenant la pile des tomes de Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa
Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa

Encore une fois, Fullmetal Alchemist est un manga trop connu pour que je pense apporter quelque chose aux nombreuses analyses qui ont été faites. Surtout qu’il date un peu ! Je ne peux même pas proposer une approche féministe, puisque Sita tout court a fait une excellente vidéo à ce sujet – allez la voir, son résumé de l’intrigue me parait bien mieux que le mien !

Initialement, mon amie m’avait prêté les 15 premiers tomes de la série, car elle n’avait pas les autres. J’ai acheté l’intégrale à l’occasion de mes concours oraux et j’ai pu tout lire ! Oui oui, pendant mes concours…

Le premier tome est un début banal, avec trois petites aventures qui présentent les personnages et l’univers : dans un pays où l’Alchimie fonctionne selon un échange équivalent, les frères Alphonse et Edward Elric payent un prix terrible en tentant de ressusciter leur mère : Alphonse perd son corps et Edward sa jambe, et il sacrifie son bras pour récupérer l’âme de son frère qu’il fixe à une armure. Les deux frères cherchent à présent la pierre philosophale qui permet d’outrepasser la règle d’équivalence, afin de retrouver leurs corps.

couverture du tome 9 de Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa

Dès le deuxième tome, j’ai toutefois compris que la quête dans Fullmetal Alchemist serait bien plus complexe que celles auxquelles j’étais habituée. Les frères Elric rejoignent l’armée et se rendent vite compte de sa corruption. Ils sont confrontés à différentes problématiques, notamment : jusqu’où a-t-on le droit d’aller au nom de la science ? Qu’est-ce qui fait qu’on considère un être comme humain ? Quel est le prix d’une vie ? A-t-on le droit d’utiliser la mort des autres à son profit ? Quelles sont les conséquences d’une guerre – le syndrome de stress post-traumatique est exploré − et comment arrêter le cycle de la haine ? On questionne également différentes émotions humaines, non seulement parce que les ennemis sont l’incarnation des péchés capitaux, mais aussi parce qu’au fur et à mesure de l’histoire, les personnages se reposent moins sur des caractéristiques typiques des aventures épiques – l’héroïsme, le sacrifice, la colère – pour privilégier la communication et l’entraide.

L’humour est très bien incorporé à ces thèmes sombres, il ne détourne pas de l’émotion et l’exacerbe même parfois. Je pense notamment à l’affection d’un père pour sa fille qui est souvent utilisée pour des blagues – il téléphone à tous ses collègues pendant ses heures de travail pour leur parler d’elle – mais qui prend un sens déchirant lorsque sa famille et lui se retrouvent mêlés à la guerre. J’ai fait de mon mieux pour ne pas pleurer mais le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai échoué…

Il y a toutefois des blagues sur le harcèlement sexuel qui me font grincer des dents, de même que plusieurs remarques racistes envers les personnages asiatiques qui ne sont pas contestées − étonnant. Et pour un manga avec un personnage principal amputé et un personnage secondaire en fauteuil roulant, Fullmetal Alchemist est agressivement validiste, c’est dommage !

L’humour ne se trouve pas uniquement dans l’histoire : il y a de nombreuses pages bonus et des dessins humoristiques cachés sous la couverture… qui osent plaisanter des morts qui m’ont fait déverser tant de larmes !

contenu bonus de Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa

Les nombreux personnages que compte Fullmetal Alchemist sont en effet très attachants, même lorsqu’ils s’opposent aux héros ! Ils sont variés et permettent d’offrir des perspectives intéressantes sur les thèmes abordés.

Le scénario est également excellent, rempli de rebondissements et de stratégies originales. C’est tellement prenant de suivre l’affrontement entre les différentes équipes, les pièges et les idées qui s’enchainent ! La fin est bien sûr le moment où c’est censé atteindre son apogée, mais comme souvent dans les mangas, j’ai été un peu déçue : il y a trop de stratégies, elles s’enchainent trop vite pour que je les admire, et elles n’étaient pas assez amorcées en amont. Toutefois, la mangaka a réussi à donner une utilité à tous ses personnages, et le combat final montre bien l’importance de leur alliance. C’est très satisfaisant !

J’ai dévoré Fullmetal Alchemist et ai pu le prêter sans problème à mon ami. J’espère qu’il adorera autant que moi ! Je suis ravie d’avoir retrouvé cette frénésie de lecture qui me porte à travers les histoires, et j’ai passé une excellente semaine à redécouvrir ces œuvres qui m’avaient déjà tant enthousiasmée lors de ma première lecture. J’ai hâte de me lancer dans d’autres romans !

J’ai conclu le Readathon du Nouvel An Lunaire avec les lectures rapides de la bande-dessinée Harley Quinn : Breaking Glass et du roman jeunesse Amina de Hena Kahn, dont vous pouvez retrouver les chroniques sur Goodreads. Des lectures sympathiques, mais qui ne m’ont pas marquée plus que ça ! Cependant, je suis loin d’en avoir terminé avec le NAL Readathon : il me reste huit livres empruntés à la bibliothèque !

Avertissements Fullmetal Alchemist : validisme, guerre, génocide, meurtres, commentaires racistes et sexistes, expériences scientifiques sur des humains

Avertissements L’Attaque des Titans : guerre, mort, racisme, génocide

bingo du NALReadathon, la grille est entièrement remplie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *