Opération Pantalon de Cat Clarke

personne en chemise et short lisant Opération Pantalon  de Cat Clarke dans un fauteuil devant la cheminée

Je ne me souviens plus vraiment dans quel contexte j’avais lu Opération Pantalon de Cat Clarke pour la première fois, c’était il y a un an. Il m’avait été conseillé par une vidéo de Mx Cordélia.

J’en ai un excellent souvenir : c’était prenant, facile à lire, le narrateur était cool et l’histoire vraiment chouette. Liv est un collégien qui se bat contre l’uniforme genré de son école, à la fois parce qu’il estime que c’est sexiste et injuste de forcer les filles à mettre une jupe, et parce qu’en tant que garçon trans, on l’y force aussi.

Je sais que je l’avais aimé au point de me prendre de passion pour l’autrice et de désirer lire tous ses romans. Même après n’avoir pas trop apprécié A Kiss in the Dark, j’ai enchainé avec Perdue et Retrouvée. Même après n’avoir pas accroché à Perdue et Retrouvée, j’ai entamé Cruelles… bon, là, j’ai abandonné, je ne suis pas fan de thriller, mais n’empêche : Opération Pantalon était si bien que pour retrouver cette ambiance, ces personnages, j’ai lu trois autres livres de Cat Clarke.

Mx Cordélia l’a proposé pour le bookclub de mars, et j’avais super envie de le relire ! Sauf que depuis un an, je l’avais prêté à mon frère – qui ne l’a malheureusement pas lu – et comme on n’habite pas exactement au même endroit, je n’étais pas sûre de mettre la main dessus.

Je lui ai demandé de le ramener lorsque nous sommes rentrés nous confiner chez nos parents, et je l’ai lu en une après-midi, sur le banc du jardin. Je ne me souvenais pas que la lecture était si fluide, si entrainante ! Liv est un personnage très attachant, on cerne vite son caractère. J’ai beaucoup aimé le fait que même s’il fait des crises de colère et évoque le fait qu’il a été suivi à ce sujet, ce n’est pas du tout creusé ni vraiment montré comme un problème – c’est plutôt le fait qu’on lui reproche ses crises de colère qui est pointé du doigt.

couverture de Opération Pantalon, Cat Clarke

Il n’y a pas que Liv qui est cool : ses mères sont géniales aussi, mais, surtout, j’ai adoré son petit frère et Jakob, le nouvel ami qu’il se fait à l’école. Il est peut-être un peu trop parfait, mais il a quand même quelques défauts, et en tout cas, je n’ai pas trouvé sa perfection agaçante. C’était génial de n’accrocher pas seulement à un personnage, mais à tout un groupe ! Et de s’identifier dans leurs relations, de sentir les différentes formes d’affection qu’ils ont les uns pour les autres…

Il y a aussi des relations d’inimité, entre Liv et Jade, la peste populaire de l’école, que j’ai trouvé certes clichée, mais qui remplissait bien son rôle. Et celle entre Liv et Maisie, sa meilleure amie de toujours. C’est la partie de l’histoire qui m’a le plus attristée, et, même si j’aime bien quand un livre me fait ressentir des émotions, je l’ai finalement trouvée un peu trop clichée, un peu trop… américaine ? Le coup de la fille qui abandonne son ami pour être populaire… j’ai peut-être eu de la chance de ne pas connaître cette situation, mais en tout cas, c’était bizarre, et j’en étais en même temps très détachée.

C’était un plaisir de relire ce roman entrainant, rempli de personnages sympathiques, et qui donne envie de se rebeller !

 

2 réflexions sur « Opération Pantalon de Cat Clarke »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *