Bilan Mars au Féminin : Memorex de Cindy van Wilder et Les Nuages de Magellan d’Estelle Faye

Mars au féminin est un challenge dont le but est de lire uniquement des livres écrits par des femmes. Sauf que j’ai appris son existence sur le tard, et du coup, j’avais déjà emprunté plein de livres à la bibliothèque… Même si je lis, de façon générale, beaucoup plus d’autrices, je savais d’office que je ne pourrais pas respecter les consignes. Mais ce n’était pas une raison pour abandonner, et je vas pouvoir vous parler de Memorex de Cindy van Wilder et Les Nuages de Magellan d’Estelle Faye.

personne en débardeur bleu lisant Memorex de Cindy van Wilder devant un mur de pierre
Memorex de Cindy van Wilder

J’avais emprunté Memorex sans même me renseigner sur l’histoire : c’était de Cindy van Wilder ! J’avais adoré La Lune est à Nous (roman ado contemporain) et Terre de Brume (duologie de fantasy)… j’aurais dû me douter, vu que l’ambiance de ces deux œuvres n’avaient rien à voir, que Memorex aussi serait très différent : c’est un thriller de SF.

C’est finalement pas plus mal que je ne l’ai pas su : je n’aime pas les thrillers et j’aurais été moins motivée pour le lire. Mais celui-là commençait très bien, on découvre la narratrice, Réha, qui a perdu sa mère dans un attentat en 2021. Un an plus tard, elle rentre chez elle pour commémorer sa mort, et découvre que son père et son frère lui cachent de nombreux secrets.

De temps en temps, on avait des chapitres écrits d’un autre point de vue, révélant le passé : celui d’Ilse, la meilleure amie de Réha, celui de son père, celui d’autres personnages plus mystérieux…

J’ai arrêté ma lecture car je rentrais chez mes parents et n’avais pas envie de me charger d’un livre en plus. Lorsque je l’ai repris lundi à mon retour, je n’étais plus trop dans l’ambiance, et j’ai été prise de court par l’action qui s’accélère : la famille de Réha est prise en otage.

J’ai aimé la manière dont les indices étaient distillés : j’avais généralement une idée globale de la solution au mystère juste avant qu’elle ne soit révélée ! Je me suis sentie très intelligente… La relation entre Réha et la copine de son frère était très bien gérée aussi, je me suis prise d’affection pour la « Miss Parfaite » en même temps que Réha.

En revanche, les autres relations m’ont laissée indifférente. C’est dommage, notamment pour la relation entre Réha et son père, qui aurait dû davantage me marquer – c’est écrit qu’elle l’aime, mais je ne l’ai pas ressenti – mais c’est surtout gênant pour la relation entre Réha et son frère Aïki, centrale à l’intrigue.

Après être sortie de ma zone de confort avec Memorex, thriller SF, j’ai retrouvé le cocon douillet d’une relecture : celle de Les Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer, dont je ferai une chronique dédiée !

personne en débardeur lisant Les Nuages de Magellan d'Estelle Faye devant un saule pleureur
Les Nuages de Magellan d’Estelle Faye

J’ai emprunté Les Nuages de Magellan avant même d’avoir testé la plume d’Estelle Faye avec Un Eclat de Givre, mais après ce livre-là, j’avais encore plus envie de me lancer dans un autre de ses romans ! Le prologue était très prometteur : un groupe de spatiaux se met en grève pour protester contre les Compagnies, qui interdisent l’accès à l’espace à toutes les personnes qu’elles n’emploient pas. Les grévistes sont massacrés par les forces de l’ordre…

On s’intéresse ensuite à la fuite de Mary Reed, une pirate légendaire, amante de la capitaine cyborg Sol, et Dan, une serveuse qui a chanté un air révolutionnaire suite aux massacre des grévistes. Les Compagnies les poursuivent, et… c’est un peu tout, au début. Les deux femmes atterrissent sur une planète, rencontrent des gens, fuient, rencontrent d’autres gens, fuient, rencontrent encore d’autres personnes, et fuient encore… L’histoire manquait de but, et, même si c’était bien écrit, même si les personnages étaient sympathiques, je trouvais ce roman un peu plat…

J’avais au départ prévu de ramener le roman chez moi, puis je me suis rendue compte que j’étais capable de le finir à mon départ, et, malgré une bonne dose de stress à l’idée de voyager, je me suis forcée à lire, à finir.

Toute la dernière partie enchaine les surprises, l’histoire change. Les indices s’accumulent au fil des pages, la tension grimpe, on sent qu’il y a une révélation qui viendra, et qu’on peut la deviner. Je ne l’ai pas devinée, mais, au moment du retournement de situation, j’ai vu tous les éléments qui m’ont amenée là, ça s’emboitait et c’était très satisfaisant. Les derniers chapitres étaient un peu bizarres car séparés par de longues ellipses, mais, dans l’ensemble, la fin est excellente et m’a fait oublier le début poussif. Je suis restée sur une très bonne impression ! J’en ai même du mal à ne pas dire que Les Nuages de Magellan était génial : oui, il est bien, mais à condition de surmonter la première moitié.

Mi-mars, le confinement a été annoncé. De nombreux challenges de lecture ont vu le jour (Home Book challenge, Book ta journée…) et j’en avais déjà trop, en fait : entre le Rainbow Challenge, le Printemps de l’imaginaire francophone, le book club Cordélia, le TEP Book Club, la semaine à lire, le feminibooks… je ne savais plus où donner de la tête !

Ce qui me plait, dans les challenges, c’est que c’est l’occasion de discuter avec des lecteurices par le biais des groupes facebook dédiés. Le thème du challenge sert à rassembler des personnes avec des goûts similaires, et c’est pour ça, entre autres, que j’accroche plus aux challenge avec de grosses restrictions – comme les bookclub, ou encore le challenge Winter is Reading qui rassemblait spécifiquement les fans de Game of Thrones.

Je pensais que ce serait le cas de ce challenge, mais j’avoue que j’ai été déçue : aucune des lectures des autres ne m’a parlé, je n’ai pas vu beaucoup de fan de fantasy et de SF. Je me suis désintéressée du groupe facebook et j’avoue qu’à partir de ce moment-là, le challenge n’avait plus grand intérêt à mes yeux.

Mais même sans y faire attention, j’ai lu une majorité d’autrices (15 sur 18) !

Avertissements Memorex : meurtres, opérations non consenties, esclavage?

 

3 réflexions sur « Bilan Mars au Féminin : Memorex de Cindy van Wilder et Les Nuages de Magellan d’Estelle Faye »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *