Modernisation de Classiques : les Webséries Carmilla et Twincidents

J’ai toujours adoré les modernisations de classiques, mais surtout sous forme de romans. J’ai eu ma phase webséries au moment où Le Visiteur du Futur, Flander’s Compagny et Noob sortaient, et après… plus rien. Mais maintenant que je mange seule, c’est une bonne activité et je m’y suis un peu remise. Celles dont je vais parler sont toutes les deux disponibles sur Youtube, en anglais − mais il y a des sous-titres !

Carmilla

personnages de la saison 2 de Carmilla

J’ai découvert la websérie Carmilla en décembre, alors que je venais de finir la novella du même nom. C’est le tout premier livre avec des vampires, écrit par Joseph Sheridan le Fanu en 1872. Il s’agit du journal intime d’une jeune fille de bonne famille, Laura, dont le père accueille la mystérieuse Carmilla, en réalité une vampire attirée par Laura. L’histoire vous parait familière ? Eh oui, Dracula en est fortement inspiré. Même le titre a le même format…

Comme j’en parlais à d’autres passionné·es de lecture, on m’a conseillé la websérie… je l’ai commencée le lendemain, et les épisodes durant à peine 3 minutes, j’ai terminé la saison 1 dans l’après-midi – alors que mes partiels approchaient…

Le journal intime est remplacé par un vlog, et Laura est une jeune fille énergique qui enquête sur la disparition de sa coloc. Surtout qu’à la place, elle doit cohabiter avec la vampire Carmilla qui fait tout pour se faire détester. Laura la soupçonne de participer à un complot surnaturel…

Le format est très dynamique – il y a des cliffhangers à la fin de chaque épisode – c’est très drôle, et Laura est une héroïne enthousiasmante. Les personnages secondaires sont également attachants, et j’ai eu le plaisir de reconnaître læ youtubereuse Kaitlyn Alexander dans le rôle d’un·e scientifique non-binaire.

poster avec Laura et Camille, ambiance gothique

Il y a deux autres saisons qui, même si elles m’ont moins plu, apportent beaucoup au développement des personnages. Laura et Carmilla travaillent leurs différences pour faire fonctionner leur couple, et discutent de leurs visions opposées de l’amour. On découvre les défauts de Laura qui a tendance à pousser tout le monde au combat sans se préoccuper de leur ressenti, et même si elle est toujours agaçante, on comprend de mieux en mieux Carmilla.

J’aime quand les relations ne sont pas une évidence. Surtout qu’ici, on a d’une part une vampire immortelle blasée et apathique, et d’une autre une très jeune fille qui veut sauver le monde. Elles sont attirées l’une par l’autre, et pour Carmilla, ça suffit. Pour Laura, non : pour elle, une relation, c’est aussi un but commun. Leur confrontation était intéressante, surtout qu’alors que c’est Carmilla qui parait égoïste au premier abord, c’est finalement toujours elle qui fait des concessions.

Le scénario se complexifie, avec un bon retournement de situation sur l’identité de la méchante, et une menace intéressante de la part de la meilleure amie de Carmilla.

les 4 personnages ont attaché Carmilla et la nourrissent avec une paille

Je n’ai pas été super fan de la fin, mais c’était une bonne conclusion à cette série. Et puis, il y a une suite : un film que je n’ai toujours pas regardé, mais qui a l’air très cool. Je pense que lorsque j’aurai un peu plus de temps, je reverrai toutes les saisons – pour la troisième fois – et enchaînerai avec le film. Et peut-être avec la saison 0… Une telle masse de contenu a tendance à me décourager avant de me lancer, mais maintenant que j’adore, c’est un vrai bonheur de savoir qu’il m’en reste encore à regarder !

Twincidents

2 filles joyeuses parlant à la caméra

Même si je l’ai adorée, Carmilla ne m’a pas particulièrement donné envie de regarder d’autres webséries : ce n’est pas trop mon truc dans l’ensemble. Mais lors du club de lecture aro ace de juillet, on m’a parlé de Twincidents, une websérie avec un personnage ace qui modernisait A Comedy of Errors de Shakespeare. Je ne connais pas la pièce, mais j’aime les modernisations, alors avec un personnage ace en plus… je n’ai pas hésité.

Là aussi, les épisodes sont très courts et je les ai enchainés pendant mes repas. Alex Seymour, enfant adoptive, veut se renseigner sur sa famille de naissance et part dans sa ville d’origine, Ephesus, avec sa sœur Drew. Toutes les deux tiennent un vlog de leur voyage, et c’est par ce moyen-là que nous découvrons leur périple.

Ces vidéos-là s’alternent avec le vlog d’Adriana Violet, une comédienne exubérante qui discute en ligne de sa vie, et notamment de sa carrière d’actrice – dans la pièce de son lycée – ou de sa copine Alex dont elle est très très amoureuse. C’est un personnage hilarant ! Son générique est violet à paillettes, mais quand elle commence à douter de l’amour d’Alex, il devient gris et accompagner d’une musique sinistre… j’éclatais de rire à chaque fois tellement c’était dramatique et exagéré. Une vraie drama queen !

les deux génériques côte à côte

J’ai eu du mal à le comprendre au début car je ne connaissais pas la pièce, mais il y a en fait deux Alex, des jumelles jouées par la même actrice : Alex Seymour, la sœur adoptive de Drew, et Alexandra d’Ephesus, la copine d’Adriana. Alexandra est orpheline et considère Drew, un garçon de son orphelinat, comme son frère. Vous voyez les quiproquos venir ? En voyant Alex Seymour flirter avec son ami, Adriana croit que c’est sa copine qui la trompe, et Alexandra ne comprend pas son énervement. Drew la sœur et Drew le frère sont également confondus dans les dialogues. C’est très bien fait, et à se plier de rire.

Lorsque le quiproquo est finalement révélé, la série perd en tension et s’essouffle un peu, même si c’était vraiment intéressant de regarder les jumelles discuter des différents aspects de l’adoption.

Mon personnage préféré est Drew la sœur ! On pourrait penser que c’est parce qu’elle est ace, mais c’est surtout parce qu’elle est adorable et très drôle. J’adore l’épisode où elle joue l’enquêtrice, mais en mettant un déguisement de cow-boy – j’ai totalement compris sa logique, et ce n’est que lorsqu’Alex a relevé l’absurdité de la chose que je m’en suis rendue compte aussi. Elle fait aussi beaucoup de jeux de mots, ce qui correspond bien à l’esprit shakespearien, mais pour la plupart, je ne les ai pas compris…

Drew déguisée en détective cowboy

C’était une websérie de pure détente, drôle et mignonne. Il y a beaucoup de drama en surface, mais c’est plus amusant qu’autre chose et Twincidents garantit de passer un moment agréable.

Avertissements Carmilla : kidnapping, violence

 

2 réflexions sur « Modernisation de Classiques : les Webséries Carmilla et Twincidents »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *