Places in Books I’d love to live

J’ai découvert le top ten Tuesday grâce à BookishGarden, et ce mardi est l’occasion parfaite d’y participer pour la première fois : le thème choisi par That Artsy Reader Girl est “thème au choix” et j’ai sélectionné le thème passé “lieux de livres dans lesquels j’aimerais vivre”.

Bien sûr, la plupart des mondes imaginaires de romans comme Warbreaker, Percy Jackson ou Léviathan me font rêver, et je m’imagine y vivre des aventures, mais est-ce que j’aimerais vraiment y habiter ? Je suis quelqu’un de très attaché à ma sécurité et à ma connexion internet… le choix a été plutôt compliqué !

Le Château de Hurle de Diana Wynne Jones

Les personnages dans Le Château de Hurle vivent une aventure et risquent leur vie, mais l’univers m’a toujours paru merveilleux et réconfortant. Ça tient beaucoup à la manière dont c’est écrit, ce n’est pas sinistre pour deux sous ! Le système de magie est souple et fait d’autant plus rêver que chaque sortilège surprend. → Ma Chronique

Bobby Pendragon tome 2 de D. J. MacHale

Bobby Pendragon est une série que j’ai lue très jeune, et lorsque je l’ai relue quand j’étais au lycée, je me souviens que j’ai été déçue par le tome 2. J’avais le souvenir qu’il était génial, alors que comparé au premier et au troisième, son scénario est finalement plutôt faible. Si je ne m’étais pas ennuyée la première fois, c’est parce que le monde marin que Bobby doit sauver m’a fascinée. Aujourd’hui, je ne me souviens plus de son fonctionnement, seulement que c’était une planète recouverte d’eau où les humains vivaient sur des barges, et que durant de nombreuses scènes, Bobby explore la mer. J’adore l’eau, j’adore nager, alors ça ne pouvait que me plaire !

In An Absent Dream de Seanan McGuire

Tout le principe de l’univers de la série Wayward Children, c’est que des enfants y voyagent dans des mondes faits pour eux. Dans les premiers tomes, je trouvais les mondes présentés horribles, mais on voyait en quoi ils offraient à certains enfants la possibilité de s’épanouir.

Et dans In An Absent Dream, c’était enfin un monde adapté à ma personnalité : le Marché Gobelin, qui fonctionne selon un principe de troc autour de la valeur juste.

If you give everyone fair value, no one wants. If no one wants, no one has to take. The Market makes sure we don’t take advantage of each other.

Un monde qui veille à ce que la justice sociale soit respectée ? Qui verbalise toutes les transactions, supprimant ainsi les dettes implicites, le sentiment de culpabilité ou de redevance ? Vraiment, c’est dommage que les portes ne s’ouvrent que jusqu’à nos dix-huit ans : j’ai manqué ma chance… → Ma Chronique

Le Cercle et le Festival du Dragon-Thé de K. O’Neil

La présence de cette BD dans la liste ne devrait pas vous surprendre : j’ai passé des mois à la conseiller à toutes les personnes que je croisais. L’univers n’est pas particulièrement développé au-delà du contexte dans lequel vivent les personnages – on voit la forge, le salon de thé, sans savoir comment fonctionne cette société – mais les dessins permettent de transmettre une ambiance, et celle-ci est pleine de joie, de douceur et de réconfort. En plus, ma seule envie après ma lecture était de caresser les dragons-thé, si adorables, et les peluches vendues ici ne sont pas à la hauteur ! Je n’ai qu’une envie, me rendre chez Ezekiel et savourer une tasse de thé avec un mignon petit dragon sur les genoux. → Ma Chronique

Le Jardin de Gaëlle Geniller

Quand je dis que j’aimerais aller dans l’univers de Le Jardin, je ne veux pas dire par là que je souhaite me rendre dans le Paris des années 20. Pour des raisons assez évidentes de sexisme ou d’absence d’internet… non, je pense spécifiquement au lieu très restreint du Jardin, le cabaret où Rose a grandi et performe. Un grand bâtiment où toutes les danseuses habitent ensemble, rempli de plantes et de fleurs… l’ambiance est bienveillante, et cette vie en communauté a quelque chose de fascinant. → Ma Chronique

Always Human de Ari North

Je lis très peu de science-fiction, justement parce que ces univers ne me font pas rêver. On nous présente souvent un futur apocalyptique, dystopique, ou alors perdu dans la froideur de l’espace… très peu pour moi !

Mais la bande-dessinée Always Human possède une approche plus douce, qui met en valeur la beauté des innovations technologiques. La narratrice, Sunati, travaille dans une équipe qui crée des univers de réalité virtuelle, et c’est magnifique ! De plus, la nature est toujours là, Sunati et Austen se promènent dans des paysages splendides…

La société semble aussi tout à fait agréable, avec une relation polyA introduite comme normale, tout comme les couples de même genre. Il semblerait qu’elle ait encore des progrès à faire côté validisme et normalisation des personnes trans, mais c’est une perspective positive et encourageante.

La technologie permet de changer son apparence à volonté, et j’avoue que c’est quelque chose qui me fascine. J’adore tester des choses pour voir ce qui me plait et explorer mes goûts, mais sur son propre corps, c’est un peu difficile. Un monde où on change de physique comme on changerait de vêtements, c’est stylé ! → Ma Chronique

L’École des Soignantes de Martin Winckler

couverture de l'école des soignantes

Toujours en science-fiction, voici un roman qui ne se projette que quelques années dans le futur. Comme pour Le Jardin, ce n’est pas le monde dans son ensemble qui me fait rêver. Le réchauffement climatique a suivi son cours, et l’approche n’est pas particulièrement optimiste en ce qui concerne la France… mais au sein de l’école des soignantes, on teste un nouveau fonctionnement, un mode de soin qui met les patientes au cœur de la démarche de soin au lieu de renforcer la toute-puissance des médecins. Ça donne de l’espoir et tant qu’à être un jour soignée, ce serait merveilleux que ce soit là-bas. → Ma Chronique

Le Livre des Etoiles d’Eric L’Homme

C’est l’un des premiers romans de fantasy qui m’a vraiment emportée. On a un mélange entre magie et modernité, c’est juste parfait ! Internet et le Wyrd y existent en parallèle, et l’existence y a l’air très semblable à celle de notre monde… un poil de merveilleux en plus. Je relisais cette série tous les ans pour me réfugier dans cet univers qui me faisait tant rêver.

Le Clan Bennett de T.J. Klune

Là aussi, l’univers est le nôtre… avec en plus, l’existence des loups-garous. C’est donc moins vivre dans ce monde qui m’intéresse, mais faire partie d’une meute. Cette série est très poétique et émotionnelle, et j’aimerais tant ressentir la connexion intense qu’éprouvent les membres d’une meute. Leur affection si forte, le fait de se sentir proche des autres, à la fois sentimentalement et physiquement… ça a l’air tellement bien ! → Ma Chronique

L’Espace d’un An de Becky Chambers

Je reproche souvent aux romans SF de ne pas me faire rêver. On m’avait recommandé L’Espace d’un An de Becky Chambers en me promettant que cette série serait différente, et en effet : je la cite ici car je pourrais y trouver ma place.

Bien sûr, l’écriture douce et l’ambiance bienveillante de l’équipage du Voyageur y sont pour beaucoup, mais même sans ça : c’est un monde avec de multiples planètes et sociétés, certaines inhospitalières, d’autres beaucoup plus accueillantes. J’adorerais vivre parmi les Aandrisks, dont la définition de la famille et de l’affection est très différente de la nôtre. Par exemple, les enfants sont toustes élevé·és non pas par leurs géniteurices – quelle idée de confier des enfants à des personnes jeunes et inexpérimentées – mais par un groupe de personnes plus âgées. De nombreuses conventions sociales humaines y sont absurdes, et ça me plait beaucoup !

Je l’avoue : j’ai mis plusieurs mois à écrire cet article. A chaque fois que je pensais à un univers qui me faisait rêver, je me rendais compte qu’au fond, je n’aimerais pas tant y vivre. C’est comme combattre des dragons : quand je lis ce genre d’aventure, ça me fait rêver, mais je n’ai pas la moindre envie que ça m’arrive un jour ! Ça a donc été difficile de trouver les univers de mes rêves, et j’espère qu’ils vous tentent aussi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.